AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Vampire : The Masquerade - Bloodlines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hannibal-Lector le castor
Commandant du post
Commandant du post
avatar

Nombre de messages : 2555
Age : 25
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Vampire : The Masquerade - Bloodlines   Lun 27 Juil - 0:59

Héhé, mon collègue Zorro ayant un peu écrit sur des jeux, je suis obligé de faire de même. Ainsi, voici un petit texte improvisé en live et sans filet sur mon jeu préféré, à savoir Vampire : The Masquerade - Bloodlines.



intro : je vais éviter de parler trop du gameplay, mais un topo rapide : c'est de l'action temps réel avec une grosse composante jdr : on commence en choisissant un clan, son sexe et on réparti des points + dialogues à choix multiples etc...

Bon, jeu préféré c'est peut-être exagéré, mais j'y reviendrai plus loin. Pour l'instant, "étalation" (noël) du pitch : vous êtes jeune, frais, dispo, classe etc.... comme un habitant typique de Los Angeles, ce qui tombe bien, puisque vous vivez à LA.
Ainsi, la première fois que vous verrez votre personnage, outre l'écran de création de perso (on y reviendra), il sera au lit avec un monsieur ou une madame, selon son sexe à lui, puisqu'au début du jeu vous jouez un hétéro. Je sais, vous êtes déçu, vous vous reconnaissez pas là-dedans, mais la suite du jeu vous permettra de rattraper cette erreur (Twisted Evil).

Bon, ne vous attendez pas à une scène de cul, mais attendez vous par contre à ce qu'un mec pâle "comme un type ayant éternué dans un saladier de coke" à l'air halluciné vous balance un pieu dans le coeur, et que votre compagnon subisse le même sort.

Heureusement, il se trouve que vous êtes un vampire désormais! Bon ok, le titre du jeu était déjà un indice pas très subtil, et la surprise ne sera donc pas au rendez vous.
Bref, vous n'êtes pas mort (enfin si, mais vous êtes quand même en vie), mais vous êtes tout de même dans la merde : vous comprenez que votre amant (d'une nuit on suppose) était un vampire, et que dans son monde on ne "procrée" qu'avec l'autorisation du prince Lacroix, un ancien aristocrate français (qui peut vous raconter son service sous Napoléon si vous devenez pote avec lui). Evidemment, le jugé n'avait pas l'autorisation, et sera donc éxecuté sous les yeux d'un public pour le moins ... surprenant.

D'ailleurs, ce ne sera pas la seule surprise de cette cinématique : le fait qu'elle soit en temps réelle (comme toutes celles du jeu, afin que votre perso soit le même qu'en in game) vous permettra de constater que le jeu est moche. Voilà, c'est dit, cash et tout.
Alors, certes le jeu a quelques années, mais il était tout de même le premier jeu, Half-life 2 à part évidement, à utiliser le source engine. Rappelons que les trois grands avantages, à mon sens, son d'abord son incroyable moteur physique, quasi pas utilisé ici,
un rendu pas forcément techniquement phénoménal, mais incroyablement propre (Half-Life 2 reste beau encore aujourd'hui), ce qui n'est pas le cas ici, et surtout il est vachement bien optimisé. Je vais pas dire que c'est pas le cas ici (bien que ce le soit), mais c'est parce que les configs actuelles permettent de passer outre ce défaut.
Néanmoins, Vampires ... garde le gros défaut du moteur sus-nommé : ainsi, les zones de jeu sont souvent minuscules et les chargement plus que fréquents. Mais revenons au scénario.

Le public, en plus d'être surprenant, donne un bon avant goût de ce à quoi ressembleront les personnages que vous allez rencontrer par la suite : strip teaseuse, fumeur (de trucs pas très catholiques visiblement), anarchiste(s), perso manifestement fou, abomination de la nature etc.... Bref, tout dans la continuité de l'alcool et des menottes de la 1ère scène ( drunken ).... Et la plus grande qualité du jeu apparaît dans cette cinématique. Je parle évidemment de son incroyable ambiance. Mais on va tout de même finir la cinématique.

Votre "père" est (sensiblement) mort, et la votre est à l'ordre du jour. Ainsi, le prince s'apprête à annoncer son choix quant à votre futur très immédiat, et, à priori, vous n'avez plus beaucoup à vivre. Mais ne criez pas, les devs ont pensé à vous et un personnage appelé Mr Rodriguez (non, il ne s'appelle pas Robert) va remettre en question la décision du prince avant même qu'il ne la prononce (on comprend plus loin ce qui oppose les deux).

Ainsi, le prince, juste pour faire chier l'autre, va choisir de vous épargnez, et va vous expliquez d'une part que vous devez apprendre la vie de vampire, et, parce qu'il faut pas déconner, que vous lui devez la vie. Et c'est donc là que va commencer le didacticiel.
Ainsi, vous serez mis dans les mains de Jack, vieux vampire qui aime l'humour et les p'tis jeunes. La deuxième grande qualité du jeu apparaît, et je parle évidemment des dialogues écrits avec un talent évident (on va dire qu'ils égalent ceux de Rockstar). J'en dis pas plus histoire de vous laisser découvrir, mais je vais parler rapidement de la traduction. Première fois que j'ai fait le jeu, c'était en anglais sous-titré français : les voix ne sont , de toute façon, qu'en anglais, et sont surtout super bien doublées (mention spéciale à Lacroix). Deuxième et autres fois je l'ai fait en anglais sous titré anglais, et là, je ne peux que vous conseiller la VO : les textes français sont très bons, mais très allégés par rapport à leurs homologues anglais. Après, si vous ne pouvez pas le faire en anglais c'est pas la mort, mais c'est un peu dommage.

Le reste de l'histoire, c'est vous qui allez l'écrire.
Bon, j'éxagère puisque la trame restera grosso mode la même quoi que vous fassiez, mais les allégences, les attitudes des persos, etc... vont évoluer en fonction de vos dialogues et actes pendant le jeu. D'ailleurs, tous les petits à côtés deviennent rapidement aussi intéressants que l'intrigue principale, elle-même très passionnante à suivre malgré sa linéarité (très bien justifiée soit dit en passant). Mais l'histoire, aussi passionnante et mystérieuse soit elle, ne fait pas partie des 3 grandes qualités du jeu.

J'ai déjà parlé des dialogues absolument géniaux, mais il faut rajouter la mirifique ambiance : tout de suite les dévs le disent : leurs vampires sont pas ceux de Coppola, mais des purs débauchés : la plupart traînent au bar, sont nymphos, fous, drogués, bisexuels, etc.... à quelques exceptions près, puisque 2 types de vampires sont bien plus nobles. Néanmoins, et il faut vraiment le signaler, le jeu ne sombre jamais, et je dis bien jamais, dans le vulgaire gratuit. De plus, le joueur évolue aussi dans le gore et le sordide, ce qui permet de changer les ambiances très agréablement. Ainsi, outre les boîtes de nuits, bars et hôtels branchés, vous visiterez un flippissime hôtel hanté (incroyable hommage à Shining), un studio dédié aux tournages de snuff movies, des espèces d'abattoir, une sex shop miteuse et crasseuse, une baraque dans laquelle un mec a été littéralement massacré, un cimetière, des sous-terrains, une maison remplie de zombis, etc.... Outre ces lieux précis, vous allez beaucoup vous promener dans des rues remplies de clodos miteux, de putes et d'homme d'affaires surtout (Welcome to LA). Le tout baignée dans une magnifique ambiance sonore : soit des musiques inquiétantes à l'extérieur, soit la radio ou la télé dans certains intérieurs, notamment à sa planque (les infos parlent d'ailleurs parfois de vos méfaits). Ainsi, cette magnifique ambiance contribue à la troisième grande qualité du jeu, j'ai évidemment parlé du feeling dégagé.

Ainsi, au début, le jeu va dégager un sentiment de fun incroyable alors que vous découvrez vos pouvoirs : vous êtes balèze, vous avez la classe, quand vous parlez aux mortels ils s'inclinent grâce à vos pouvoirs relatifs à l'éloquence, vous allez embrasser les filles au night club avec grande classe, vous maîtrisez votre destin, vous êtes quasi invincible etc.... Ce sentiment est évidemment renforcé par des combats où vous butez tous et les dialogues.
Néanmoins, peu à peu ce fun s'effrite alors que vous découvrez que vous n'êtes pas le dieu que vous pensez être : vous ne maîtrisez pas votre destiné, puisque vous êtes utilisé par tous les personnages principaux (en tout cas vous doutez), vous n'êtes pas beaucoup plus invincible que les autres vampires, et d'ailleurs même des humains peuvent vous tuer, mais aussi et surtout, vous découvrez peu à peu que vos actions ont plus de conséquences que vous pensez. Je pense notamment à la rencontre avec une amie de votre ancienne vie, à ce que devient Heather, votre pet, à la prostituée mourante lorsque vous l'espionnez, et à tous les gens que vous allez finir par faire tuer. Ainsi, on se surprend peu à peu à se révolter contre sa condition au départ adorée de vampire, et surtout contre les "chefs", de quelque faction que ce soit, qui vont vous obliger à faire couler plus de sang. Et c'est incroyable comme le jeu agit émotionnellement sur le joueur : on se met à regretter ce qu'on a fait, voire à se détester et on recherche peu à peu la rédemption. Ainsi, on se surprend à refaire le jeu en tentant de sauver le plus de vie possible et en essayant de descendre le plus possible les personnages détestables. Mais, les intentions de chacun sont toujours plutôt limpides, notamment celles des anarch(iste)s, et on ne sait plus quoi faire, si ce n'est ne faire confiance et affronter tout le monde. Le jeu est ainsi emprunt, contre toute attente, d'une grande mélancolie et compte, finalement, la recherche d'une impossible rédemption (si vous aussi c'est ce qui vous branche. Mais vous pouvez très bien rester un connard de première).

Ainsi, on rentre incroyablement dans son personnage et on est totalement saisi par ceux qu'on rencontre dans le jeu .... et c'est d'autant plus frustrant quand une quête ne peut pas être finie à cause d'un bug. Et oui, le jeu est TOTALEMENT buggé de partout, en plus d'être plutôt moche, mal optimisé et plombé par plein de chargements. On pourra aussi noter une difficulté pas toujours bien dosée et des passages bien relous (au hasard : les égouts) et un système d'infiltration complètement MERDIQUE.

Et voilà : Bloodlines est un brouillon du très grand jeu qu'il aurait pu être. En l'occurrence, il n'est "que" un grand jeu à mes yeux, mais il faut savoir passer outre sa liste sans fin de carences techniques pour profiter de sa géniale ambiance. Après, je comprends que l'on n'aime pas, mais je conseille dans tous les cas d'essayer, d'autant plus qu'il ne coûte que (il me semble) 20 euros sur steam, qui est à peu près le seul endroit où vous le trouverez, vu que le studio a fait faillite peu de temps après la sortie du jeu! Et là, j'ai envie de dire que c'est moche...

_________________





Le cinéma c'est le mensonge 24 fois par seconde
- Brian de Palma
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince Ashitaka
Commandant du post
Commandant du post
avatar

Nombre de messages : 2542
Age : 26
Date d'inscription : 22/03/2007

MessageSujet: Re: Vampire : The Masquerade - Bloodlines   Lun 27 Juil - 17:49

faut vraiment te calmer avec les textes trop longs ... je lirais ça plus tard à tête reposée (en lisant les 2 premières lignes je me rend compte que tu as encore changé de jeu préféré)

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neo-genese-web.com/
 
Vampire : The Masquerade - Bloodlines
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Vampire, la Mascarade] Système de jeu
» [Vampire, la Mascarade] Background
» Vampire la mascarade : Detroit
» Seigneur vampire sur base de Sinople
» Vampire en avril

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Jeux Vidéo-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit